Extrait du chapitre 2 : le capital-risque

Les investisseurs privés en capital

L’ouverture du capital est une décision clé pour les fondateurs d’une entreprise. Elle entraîne des contraintes, car elle implique de respecter les droits des actionnaires externes ainsi que leurs attentes notamment en termes d’information sur la marche des affaires et de représentation au conseil d’administration, et de partager avec eux les fruits financiers du succès. Mais elle donne à l’entreprise les moyens financiers lui permettant d’accélérer son développement, et permet aux fondateurs de bénéficier de l’appui d’investisseurs expérimentés. Ce chapitre présente les caractéristiques des deux principaux types d’investisseurs en capital dans les jeunes entreprises : les capital-risqueurs et les business angels. Les mécanismes techniques de l’ouverture de capital sont traités dans la troisième partie de l’ouvrage.

1. Le capital-risque

Le capital-risque est une source de financement essentielle des jeunes entreprises technologiques à fort potentiel de croissance (start ups). Son histoire est étroitement associée à celle de la silicon valley, où il s’est structuré en tant qu’industrie et a gagné ses lettres de noblesse en participant au succès de nombreuses sociétés technologiques, de Fairchild Semiconductors dans les années 1960 à Apple et Genentech dans les années 1980, et plus récemment aux sociétés d’internet (Google, eBAy, Facebook…). Auparavant, jusqu’à la seconde guerre mondiale, les jeunes entreprises étaient principalement financées par de grands groupes ou de riches familles d’industriels et de financiers.

A la différence des business angels, qui sont des personnes physiques investissant une partie de leur patrimoine, les capital-risqueurs sont des gestionnaires professionnels qui gèrent des fonds levés auprès d’investisseurs. Leur objectif principal est de réaliser des plus-values pour leurs clients en cédant les titres acquis dans un délai généralement compris entre trois et six ans. Dans la présente section nous présentons les principaux types de capital-risqueurs puis indiquons quelques chiffres clés sur leur activité, avant d’exposer les modalités de gestion des fonds de capital-risque et les déterminants de leur performance.

1.1. Typologie des capital-risqueurs

Le capital-risque est l’une des composantes de l’activité financière du capital-investissement (private equity), qui concerne l’investissement en capital dans les sociétés non cotées en bourse et regroupe :

–          Le capital-risque : investissement dans de jeunes entreprises à fort potentiel de croissance,

–          le capital-développement : investissement dans des entreprises en croissance ayant atteint le seuil de rentabilité,

–          les LBO [1], ou capital-transmission : acquisition d’entreprises avec effet de levier financier,

–          le capital retournement : investissement dans des entreprises en difficulté.

%d blogueurs aiment cette page :